Le fitness : un univers encore trop sexiste?

Sexisme dans le fitness

Cette question peut sembler un peu bête étant donné l’explosion de la remise en forme et de la santé par le sport ces derniers temps: fitness, running, pilates, boxe… « Strong/Fit/Healthy is the new skinny »: les marques et influenceurs en tout genre s’en donnent à coeur joie pour nous faire comprendre qu’être une femme accomplie aujourd’hui, c’est être une femme sportive.
Attention, je ne dis pas que toutes les aficionados du fitness ou du yoga sont des victimes de la mode, simplement qu’on a affaire à une véritable tendance qui non seulement inscrit bon nombre de nous dans cette nouvelle habitude de vie, mais légitime aussi notre droit, et notre volonté de prendre notre place dans la pratique sportive, que ce soit simplement pour s’entretenir, ou pour toujours dépasser ses limites. Ou simplement par pur plaisir.

Cette question peut sembler également exagérée: « ah vous les féministes, vous voyez le maaaaal partout! » Peut-être. Peut-être aussi que certaines d’entres nous n’en peuvent juste plus de devoir s’efforcer à négliger le machisme au quotidien, et finissent par s’insurger à la moindre étincelle.
Je fais un peu partie de ce genre de personne, dans le sens où je reste persuadée que tout, ou presque, est construit socialement, et mérite d’être questionné et remis en question.
A force de « mais pourquoi dis-tu que cette fille est une pute simplement parce qu’elle a annulé votre rendez-vous au dernier moment? » et autre interrogations candides, je me résous progressivement à cesser de partager mes réflexions qui ne trouvent malheureusement pas souvent d’échos auprès de mon entourage masculin, qui m’assure, que « mais non, on dit ça pour rire, on n’est pas comme ça, et d’ailleurs, tu crois vraiment que ça existe encore vraiment le sexisme? »

Bref, je pense ne pas être la seule fille déçue en matière de féminisme. Ce n’est pas une question de baisser les bras et de se résigner, mais plutôt que de perdre mon énergie à essayer de changer profondément certaines personnes de mon entourage, je préfère réfléchir à d’autres solutions plus pérennes.

Toute cette introduction pour vous dire qu’au final, je repère les dérapages sexistes, mais que je ne suis pas à m’énerver perpétuellement, sinon je serais toujours en colère ^^ Par exemple, à la salle de sport, ma 2ème maison, je remarque bien évidemment qu’une fille dans l’espace musculation ne se sent pas encore toujours pleinement à sa place: regards appuyés, boutades, réflexions… Cependant les choses changent de plus en plus et les filles ne sont plus cantonnées au step ou au CAF mais sont présentes aussi sur des disciplines auparavant très masculines comme le CrossFit, et ne bénéficient d’aucun traitement de faveur, d’aucune moquerie. Elles inspirent le respect du côté des femmes comme des hommes.

Autant, même s’il est puéril et déplorable, peut passer le comportement de certains boeufs des salles de muscu: on ne refera malheureusement par leur éducation, et il ne faut pas trop s’attendre à une prise de conscience soudaine de leur comportement déplacé. En revanche, il me semble complètement anormal que des coachs sportifs puissent véhiculer de tels stéréotypes, alors qu’ils devraient se réjouir d’une émancipation de la femme via le sport (même si on ne peut pas toujours considérer qu’il s’agit d’une véritable révolution personnelle).

Hier soir, je me rendais à mon cours préféré et le coach habituel étant parti en vacances, c’est un remplaçant qui a effectué l’entrainement. Toute la séance s’est déroulée normalement, excepté quelques petites remarques insidieuses placées ça et là, et que mes amies n’ont remarquées qu’après coup. Toutes étaient dites sur un ton méprisant et exaspéré (je précise qu’il s’agissait d’un cours mixte avec à peu près 2/3 de filles 1/3 de garçons) :

« Allez les filles, on se bouge un peu et on fait un effort, ma grand-mère le fait vous pouvez le faire »
« Bon les pompes sur les pieds hein, et pour les filles c’est sur les genoux »
« Option 1, très facile, pour les filles (planche rotative + pompe triceps sur les genoux), option 2 pour les garçons (planche rotative + pompe triceps sur les pieds)  »
« Heureusement qu’il y a des garçons pour relever le niveau » (Plusieurs filles démarrent la course à pieds et le reste du groupe les suit)

Non seulement ces remarques sont déplacées, blessantes et insinuent que les filles présentes à ce cours étaient toutes aussi habiles et dégourdies que des poules avec des couteaux et qu’elles n’en foutaient pas une, mais elles affirmaient également que tout garçon présent dans la salle était de fait de niveau forcément supérieur aux autres filles.
Honnêtement, beaucoup de garçons étaient débutants dans ce cours, d’autres étaient des habitués de très bon niveau et tout le monde, filles et garçons, dans le cours se donnaient à fond, quelque soit son niveau. Je tiens à souligner que certaines excellaient tout autant, voire plus, que les « garçons-chéris » de ce coach. Peu importe, leur réussite était complètement inexistante comparée aux hommes, qu’ils s’en sortent ou non d’ailleurs, le coach continuait à s’égosiller « Alleeeeez!!! Il n’y a que les garçons sur les pieds !!! Je ne vois pas une fille qui essaye ». Pourtant, rien qu’en regardant autour de moi, on était déjà 6 filles…

Pourquoi certains coachs se sentent-ils obligés d’ériger un rempart entre filles et garçons pendant leurs séances? Ne peuvent-ils pas simplement établir des niveaux, tout genre confondu, et féliciter tous ceux qui se déchirent pendant la séance, encore une fois, quelque soit le niveau? Tout effort mérite d’être salué, qu’est-ce que le genre ou les capacités ont affaire là-dedans?!
Ce serait un progrès de taille que certaines mentalités évoluent encore un peu à ce sujet, et que certains « professionnels du fitness » reconsidèrent avec plus de respect leur public majoritairement féminin, qui n’est pas forcément uniquement là pour remuer vaguement les fesses en espérant perdre 2-3 kilos tout en abandonnant au bout d’un mois.
Il y a beaucoup de filles passionnées, qui souvent se battent tous les jours pour mener de front vie de couple, vie professionnelle, vie de famille, vie amicale etc. et prouver qu’être née du « sexe faible » n’est pas une fatalité. Elles arrivent à la salle, c’est souvent comme une soupape dans leur cocotte-minute de vie. Elles y vont pour se défouler, libérer un maximum d’endorphines, et se prouver qu’elles sont fortes, pleines de courage, et souvent en pleine réalisation personnelle qu’elles sont capables de choses dont elles n’osaient même pas imaginer essayer avant. Et là, un abruti de coach débarque et se permette de nier leur extraordinaire potentiel juste parce qu’elles ne sont que des femmes, ça me met hors de moi…

Avez-vous aussi parfois l’impression que certains coachs sont machos?

Publicités

Une réflexion sur “Le fitness : un univers encore trop sexiste?

  1. Benjamin dit :

    Bon article, bien remonté! C’est vrai que ce n’est pas un comportement acceptable pour quiconque et encore moins pour un coach sportif qui tient toute une salle. Il ne faut pas laisser passer ça. Mais le fait que beaucoup de filles ne le remarquent même plus, prouve qu’il y a encore du chemin à parcourir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s