3 sports dont on devrait parler plus souvent

images

Vous vous êtes sûrement déjà rendu compte de l’effervescence causée par les « nouveaux » sports « à la mode »: running, fitness, yoga… Pas un seul magazine n’oublie de les mentionner, de nombreux événements dédiés s’organisent tout autour à tels points que ces activités deviennent ultra populaires et participent grandement à la remise au sport de beaucoup ! (Et ça c’est top! ) 🙂

Seulement, même si je suis personnellement très intéressée par ces pratiques en vogue, j’ai envie de parler de 3 autres disciplines, plus ou moins connues, qui mériteraient de pouvoir attirer davantage de lumière vers elles.

La Thèque (ou tèque)

Cricket-Bat

Je vous vois déjà devant votre ordinateur: il y a ceux qui se disent « mais qu’est-ce que c’est que ce truc?! » et d’autres « Ah ouai ! J’en faisais quand j’étais petit(e) c’était trop cool! »

En résumé, la thèque est un sport collectif qui vient de Normandie et qui s’avère être une version rudimentaire du Baseball. Le principe est simple: 2 équipes s’affrontent, chacune sur leur base (je vous explique cela avec mes mots à moi, il doit exister des règles bien plus scientifiques!).

Capture d’écran 2014-11-06 à 19.55.08

Il y a donc une équipe « batteuse » qui utilise tour à tour une batte aplatie ou un tambourin pour renvoyer la balle, lancée par le capitaine de l’équipe adverse, le plus loin possible. Il doit ensuite courir de cerceau en cerceau jusqu’à retourner dans son camp avant que la balle ne soit récupérée par le capitaine. Le suivant lance à son tour et procède de même tandis que le premier lanceur continue de courir jusqu’à son camp également, tant que la balle n’est pas revenue au capitaine. Ils doivent impérativement s’arrêter dans un cerceau pour ne pas être éliminés.
L’équipe « lançeuse » doit donc à tout prix récupérer la balle le plus vite possible pour empêcher la progression sur le terrain de l’équipe adverse et qu’ils marquent des points. La balle doit revenir au capitaine qui ne doit pas quitter son emplacement.
A la mi-temps chaque équipe change de camp.

Que dire à part que ce sport qui demande à la fois de bonnes capacités cardio et beaucoup d’adresse a littéralement marqué mon enfance! On se défoulait et on passait un super moment aussi convivial qu’amusant! Malheureusement, cette discipline n’est pas fédérée, et les tournois organisés par les communes ou associations sont souvent réservés aux enfants ou adolescents. Dommage, j’aurais bien refait une ou deux parties entres amis !

L’escalade

womens_featured_climbingFavs

Je suis pas une fille de la montagne pour rien !  J’ai commencé jeune et je me suis a régulièrement pratiqué cette activité au début de mes études. Par manque de temps, je n’en fais presque plus, mais je ne refuse jamais une sortie en extérieur avec mes frères !

Un des avantages de l’escalade non négligeable, c’est qu’on peut le pratiquer à l’intérieur comme à l’extérieur (comme le running en somme!) et que c’est ultra complet: renforcement musculaire, endurance, cardio (si vous choisissez de monter le plus vite possible!). Ce n’est pas du tout un sport réservé aux plus grands, bien au contraire ! Les plus petits pourront faire preuve de souplesse et d’explosivité pour atteindre les corniches qui semblent hors d’atteinte, tandis que les plus grands se retrouvent parfois gênés par leur taille!

En plus des aptitudes physiques qu’elle permet d’entretenir ou de développer, l’escalade requiert qu’on se remue les méninges ! Comme le disait l’un de mes professeurs, il faut d’abord « penser » la voie avant même de grimper: visualiser les difficultés, les points de passage, définir si la voie va nécessiter beaucoup de force et comment contourner les pièges. Logique, calcul, et anticipation sont des qualités à mettre en avant pour s’économiser et être capable d’arriver tout en haut !

Enfin, et c’est un aspect qu’on ne soupçonne pas toujours, l’escalade c’est aussi une sorte de spiritualité qu’on peut rapprocher de celle du yoga. Rien que par la symbolique: on franchit un mur, on dépasse un obstacle comme on résout un problème ou on surmonte une difficulté. On se retrouve contraint de lâcher prise, d’abandonner sa peur du vide, de faire une confiance absolue à son assureur et de réfléchir posément à comment avancer sur un chemin escarpé. C’est une excellente manière pour moi d’évacuer les tensions, de faire le vide, et de se ressourcer !

D’ailleurs,  ce n’est pas pour rien que la marque américaine Prana vend à la fois des vêtements destinés à la pratique du yoga et à celle de l’escalade. Bon après, le seul hic quand on souhaite progresser et profiter pleinement des sensations de grimpe, c’est qu’il faut mettre des chaussons…

rock-pillars-chausson-d-escalade-stream-scratch

Pour avoir fait de la danse classique, je trouve que les pointes ce n’est rien vis-à-vis de la douleur et des ampoules que les chaussons d’escalade ont pu me procurer ! Grâce à leur courbe ils permettent une prise parfaite, et quand on s’y habitue (au bout de la 2ème-3ème fois) c’est un vrai bonheur!

Laissez de côté votre appréhension du vide et de la chute (première chose que vous apprendrez à faire sans crainte!) et profitez d’efforts « intelligents » et de paysages sublimes en extérieurs !

Le cheerleading

mqdefault

Une petite photo de ma cheerleading squad, les Vixens (University of Edinburgh),  je suis dessus mais très très floue ;p

Le cheerleading jouit malheureusement d’une mauvaise réputation en France: c’est un peu le sport des cru-cruches qui secouent leurs pompons en hurlant comme des bécasses…

Alors non, non et non ! Le cheerleading c’est un des sports les plus difficiles et les plus exigeants que j’ai pu exercer. Sans rire. Je vous laisse cliquer sur la vidéo pour avoir un aperçu du niveau:

J’avoue, on en était pas à ce point là…! Cependant pour tenir une performance de 3 minutes, on s’entrainait 8h par semaine, plus les répétitions du week-end. Et quels entrainement…! Une bonne cheerleader doit être à la fois puissante (surtout si elle occupe le poste de « base » et doit porter une de ses camarades) endurante, dynamique, ultra coordonnée, avoir le sens du rythme, et être très souple. Je vous raconte pas les training de malade où l’on travaillait à la fois en force et en souplesse, je trainais des courbatures quasi en permanence !

J’occupais le poste de « flyer » (celle qu’on porte) et occasionnellement de « second flyer » (celle qui aide le flyer à monter et qui garantit l’équilibre général de la figure) et à l’époque il fallait à la fois que je travaille ma souplesse pour réaliser « Y » et autres « arcs », mais surtout l’équilibre et ma confiance en moi et en mes « bases » : on chute beaucoup, on se fait mal et tout est réglé à la seconde près pour que les voltiges ou les figures se réalise sans encombre et exactement en même temps !

En découle donc d’incroyables amitiés: pour réaliser une routine hyper calée il faut impérativement être toutes sur le même tempo, et que les « bases » connaissent parfaitement les spécificités de leur « flyer » pour pouvoir les soulever et les projeter sans risque. On a toujours le sourire aux lèvres pendant la représentation parce que malgré l’effort énorme, on kiffe grave ce qu’on fait et être ensemble!

Alors oui on porte des jupettes et des noeuds-noeuds dans les cheveux mais c’est un uniforme qui permet de mettre en avant la beauté du mouvement comme un tutu pour une ballerine. C’est aussi un sport mixte aux Etats-Unis et les garçons loin d’être moqués sont d’incroyables athlètes qui peuvent soulever leur partenaire d’une main! Pour la petite anecdote, George W Bush Junior était capitaine de son équipe à l’université !

1223307572thleticLift_007Lg

J’ai réalisé un rêve de gamine en rejoignant l’équipe et je n’ai aucun regret! J’ai particulièrement adoré l’ambiance et l’esprit perfectionniste du cheerleading: un mélange de danse, de stunt, de gym pour un maximum de dévotion le temps de la routine!

Voilà mon petit tour des sports dont on ne parle pas toujours assez et qui mériterait d’être plus connu! Et vous, quels sports méconnus vous ont marqué?

Publicités

3 réflexions sur “3 sports dont on devrait parler plus souvent

  1. laroutedelaforme dit :

    Je ne connais pas du tout la Thèque mais tes explications donnent envie, apparemment c’est un sport qui bouge et où il faut de la précision. Pour le cheerleading ça à l’air ouf comme sport! Je vois ça comme un mix de danse et de gym c’est le cas?

    • Marine dit :

      La thèque c’est super sympa! Le souci c’est qu’il n’y a pas de fédération qui permet de trouver une séance près de chez soi… Et pour le cheerleading c’est génial mais juste tuant! Il y a beaucoup de danse et de gym effectivement, et toute une partie « stunt », c’est-à-dire acrobatique concernant les différentes figures effectuées en groupe. Merci d’avoir fait un petit tour sur mon blog bien qu’il ne soit pas toujours très régulier :/ C’est toujours avec plaisir que je me rends sur le tien!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s